25 août 2022 :
« Le renforcement des régimes autoritaires - et nous l'avons encore vu dans les discours désinhibés des derniers mois - sont clairs »
.
Macron renvoie à son propre exemple ?!
Nous vivons dans le monde de l’inversion :
C’est l’ange d’une idéologie libérale – dont l’essence est de dissoudre, atomiser et communautariser la société – qui en appelle à union sacrée.
C’est le champion des déficits et du « quoi qu’il en coûte » qui tire l’alarme contre les discours démagogiques.
C’est celui qui érige la peur en système de gouvernement – au moyen de la rhétorique et du vocabulaire de guerre – qui alerte contre les discours anxiogènes.
C’est lui qui a traumatisé les enfants, poussé au suicide des jeunes, mis au chômage des dizaines de milliers de personnes, insulté et menacé de mort (« emmerder » « jusqu’au bout ») des milllions de Français, laissé mourir seuls des vieux dans des Epad et des hôpitaux, qui invite à prendre désormais conscience de la « fin de l’insouciance ».
C’est le menteur invétéré (« Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d'accès qui différencie les Français ») qui met en garde contre ceux qui promettent « tout et n'importe quoi. »
Et ansi de suite.
Après que la Macronie eut perpétré un véritable coup d’État – un pays gouverné par un « conseil scientifique » agissant sous le sceau du secret – attentant à nos libertés les plus élémentaires, et ceci pour une grippe, Emmanuel Macron ose demander à ses concitoyens d'« accepter de payer le prix de la liberté et de nos valeurs ».
C’est le même va-t-en-guerre qui nous conduit tout droit à la guerre nucléaire sur son jet-ski qui nous enjoint à la « force d’âme ».
C’est quoi « nos valeurs » ?
Justifier comme son gouvernement la campagne de son organisme le Planning familial selon laquelle un homme peut être « enceint » ?
Au Moyen-Âge on aurait pas cru pareil obscurantisme.


Vincent Cheynet par le dessinateur Romain Dutreix dans Revue de presse, Petite histoire de la presse satirique et non-conformiste française, avec Toma Bletner, publié chez Fluide Glacial

Vincent Cheynet, est né en 1966. Entré aux Beaux-Arts d’Orléans, il y bénéficie d’une remise de peine pour bonne conduite.


En 1999, il fonde avec Bruno Clémentin l'association et de la revue Casseurs de pub, puis en 2004 le journal La Décroissance.

Parallèlement à des engagements associatifs, éditoriaux (L’Auto ou la ville, Carbusters, S!lence...) et politiques, il a commencé par être pendant une dizaine d'années directeur artistique dans une multinationale de la publicité.
En 2003, il organise, avec Bruno Clémentin, le colloque « La décroissance soutenable », à Hôtel de ville de Lyon, suivis de l’organisation des Contre-Grenelle I, II et III (2007, 2009, 2011) et du Contre-sommet à la COP 21 (2015).
En mars 2004, il lance avec Bruno Clémentin le journal La Décroissance, le journal de la joie de vivre, un mensuel dont il est le rédacteur en chef et directeur de publication.
En 19972002, 2007 et 2012 il est candidat aux législatives dans la 2e circonscription du Rhône pour la décroissance.
En 2001 et 2008, il est candidat aux élections municipales à Lyon pour l’objection de croissance :
- tête de liste pour « Dessine-moi le 1er » en 2001 ; 7,20%,
- liste A.U.D.A.C.E.S. (4ème position), 4ème arrondissement, en 2008, 8,23%.

Auteur
- Ubunaesque !, éditions de la Mése, 2003.
- Le choc de la décroissance, éditions du Seuil, collection L’histoire immédiate, 2008 (Recension de Denis Clerc économiste fondateur de la revue Alternatives économiques.)
- Lyonnais, qui avez-vous élu ?, éditions de la Mése, 2008
- Décroissance ou décadence, éditions Le Pas de Côté, 2014.
- Vive les décroissants, scénariste de la bande dessinée avec le dessinateur Pierre Druilhe, éditions L’échappée, 2017.

Direction
- Objectif décroissance, avec Michel Bernard et Bruno Clémentin, éditions Parangon, 2003.
- Casseurs de pub, un pavé dans la gueule de la pub, éditions Parangon, 2004.
- Casseurs de pub, 10 ans, éditions Parangon, 2006.

Participation
- Pour changer le monde, Manière de voir du Monde diplomatique, octobre 2005, « Cap sur la décroissance ».
- Pour repolitiser l’écologie (recueil des interventions du Contre-Grenelle 1), éditions Parangon/Vs, 2007, « Réinvestir le politique ».
- Non au capitalisme vert (recueil des interventions du Contre-Grenelle 2), éditions Parangon/Vs, 2009, « La décroissance contre le capitalisme vert »,
- Contre-Grenelle 3, décroissance ou barbarie, éditions Golias, 2011.
- Le Progrès m’a tuer, éditions L’échappée, 2016, avec Bruno Clémentin, « Contre la COP 21, 22, 23.... »
- Aux origines de la décroissance, éditions L’échappée, 2017, biographies de Nicholas Georgescu-Roegen et Dwight Macdonald

Entretiens
- « Quel enseignement pour le futur puis-je tirer des 20 ans de la décroissance ? » revue belge Kairos, juin 2022.
- « L’écologie, comme le libéralisme, touche nécessairement tous les domaines »
site de l'hebdomadaire Marianne, 21 août 2019.
- « Pour le libéral, la société est constituée d’un simple agrégat d’individus » sur le site Le Comptoir, 3 décembre 2014.
- « Promouvoir la décroissance, c’est intégrer les limites »La Vie, 15 avril 2014.

- Débat « Grand écran » sur la chaîne Public Sénat le 13 avril 2014.
- Interview au salon Primevère fin février 2019 par FoutouArt