Ajout du 12 janvier 2022

« Encadrement militaire, vaccins obligatoires et propagande officielle ; et en temps de paix : quadrillage du territoire, fichage génétique, géolocalisation et identification électronique. Voilà campé dans les grandes lignes le chantier de la dictature sanitaire, où le port du masque sera bientôt obligatoire. »
« Vacciner pour mieux régner »

Je découvre cet article de Célia Izoard dans la revue Z datant de 2010.

La réalité est inappréhendable pour la population qui, même confrontée aux faits, ne peut pas le croire. Même si elle y est poussée par les mass médias, d'elle-même elle renverra cette idée au complotisme. « J’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie​. » Le « bout » ça veut dire la mort ou dites-nous quoi ? Mais comment est-il imaginable que ces gens soient prêts à pousser à la mort des dizaines de millions de personnes pour réaliser leur plan ? Le pass sanitaire est le moyen extrajudiciaire de désactiver socialement les gens et de les pousser à la mort sans avoir à commettre directement des meurtres. Le processus est dejà en court. Les décès produits par cette stratégie dépassent déjà ceux liés au Covid, et les tranches d’âge touchées seront bien différentes. Et ce n'est que le début. Quant aux organisations officielles de médecins, elles n’ont rien appris des leçons du nazisme et recommencent de plus belle. Comme nous l'observons à travers les mass medias, les barbares sont de retours. Mais comme tout système totalitaire le covidisme après avoir écrasé ses opposants dévorera ses promoteurs dans une purge sans fin. À moins qu’une autre crise plus grave, énergétique, climatique et/ou financiaire ne vienne l’interrompre.


Ajout du 9 janvier 2022

J'ai écrit le mot ci-dessous le matin de la déclaration du président de la République.
« C'est l'ennemi qui vous désigne. » Cette formule a trouvé à nouveau son application ce soir-là : le Président français a rejeté hors de la communauté nationale les réfractaires à l'abonnement à une thérapie génique expérimentale. Sa formule « C'est la guerre » doit être comprise dans sa pleine mesure.
Pour prendre conscience de ce qui se joue, et dont les psychopathes Macron*, Castex, Véran et consorts ne sont que les agents, il faut absolument lire avec attention cet article paru un an avant le début de l'évènement du Covid.
https://www.nexus.fr/magazine/numero-121/

Refuser un ordre illégal est un devoir de la police ou de l’armée ; « le principe du libre consentement éclairé et l’interdiction de l’expérimentation médicale forcée ont imprégné les esprits avec le procès et ensuite le code de Nuremberg, au sortir de la guerre et des atrocités nazies. » Pour les mass media à la botte, c’est, selon leurs mots, « Un texte "largement dépassé"… (...) ... qui n'a "aucune portée juridique" » (ici ou ici). La libération de ce qui n'est plus qu'un gigantesque appareil de propagande doit être une priorité.

*Sur la psychopathologie d'Emmanuel Macron voir l'analyse du psychiatre Adriano Segatori ici et une nouvelle illustration ici

 

« Je vous souhaite une heureuse année 2022. Je pense que ce sera l'année d'un basculement, soit la population ouvrira les yeux et se révoltera contre la dictature sanitaire, soit elle l'acceptera définitivement et nous entrerons dans une ère de contrôle social à la chinoise. » me dit mon ami Philippe Laporte. Nous devons prendre la mesure de ce que nous vivons, c’est-à-dire un coup d’État. Des pouvoirs de police sont prévus d'être confiés à la population : tout le monde surveille tout le monde définition du système totalitaire. Le tout sur fond d'injection 4 fois par an d’une thérapie génique expérimentale et bientôt 6 comme déclare vouloir le faire les Pays-Bas. Le délire, la propagande et sa censure, le fanatisme « vaccinal », règnent. Nous vivons un véritable cauchemar que même la science-fiction n'avait pas anticipé. Cette dystopie entraîne ses pertes d’emploi, faillites, dépression, suicide… sans que les syndicats ou les médias ne remplissent leur fonction ; pire, ils collaborent et surenchérissent. Les mass media sont les premiers responsables : « ils ont instillé la peur, la culpabilité, la délation, la division. Ils ont prêché le covidisme, se sont érigés en tribunal de l’inquisition, ont traqué les hérétiques modernes qui refusaient leur doxa, désormais repris sous le nom de “complotistes”. » dixit mon confrère Alexandre Penasse de la revue belge Kairos. Une grève générale aurait dû depuis longtemps être déclarée. Sans cela peu risque de bouger. Que Les Républicains soient élus dans 4 mois n'y changera rien : leur candidate veut même aller plus loin en confinant les « non-vaccinés ».
Je pense que le phisopophe Belhaj Kacem Mehdi raison quand il parle de « première guerre civile mondiale ». Les dégâts dans les familles, les amis, les collègues de travail, la société… seront pour beaucoup irrémédiables. C'est le but recherché pour retourner le ressentiment vers le pouvoir vers les « non-vaccinés ». La violence de leur désignation comme boucs émissaires le montre. 2 ans de travail de peur font ressurgir la pire laideur morale. On veut faire éliminer socialement, physiquement, les réfractaires qui doutent du Progrès qui progresse. Ceux justement qui mettaient en garde contre le type d'expérience, selon la probabilité la plus forte aujourd'hui, à l'origine du Covid.
Cette année 2022 chacun à rendez-vous avec son destin, c’est-à-dire le choix de résister ou collaborer.

Vincent Cheynet, 4 janvier 2022

___________________________________________

Vincent Cheynet est né en 1966.
En 1999, il fonde avec Bruno Clémentin l'association et de la revue Casseurs de pub, puis en 2004 le journal La Décroissance.

Parallèlement à des engagements associatifs, éditoriaux (L’Auto ou la ville, Carbusters, S!lence...) et politiques, il a commencé par être pendant une dizaine d'années directeur artistique dans une multinationale de la publicité.
En 2003, il organise, avec Bruno Clémentin, le colloque « La décroissance soutenable », à Hôtel de ville de Lyon, suivis de l’organisation des Contre-Grenelle I, II et III (2007, 2009, 2011) et du Contre-sommet à la COP 21 (2015).
En mars 2004, il lance avec Bruno Clémentin le journal La Décroissance, le journal de la joie de vivre, un mensuel dont il est le rédacteur en chef et directeur de publication.
En 19972002, 2007 et 2012 il est candidat aux législatives dans la 2e circonscription du Rhône pour la décroissance.
En 2001 et 2008, il est candidat aux élections municipales à Lyon pour l’objection de croissance :
- tête de liste pour « Dessine-moi le 1er » en 2001 ; 7,20%,
- liste A.U.D.A.C.E.S. (4ème position), 4ème arrondissement, en 2008, 8,23%.

Auteur
- Ubunaesque !, éditions de la Mése, 2003.
- Le choc de la décroissance, éditions du Seuil, collection L’histoire immédiate, 2008 (Recension de Denis Clerc économiste fondateur de la revue Alternatives économiques.)
- Lyonnais, qui avez-vous élu ?, éditions de la Mése, 2008
- Décroissance ou décadence, éditions Le Pas de Côté, 2014.
- Vive les décroissants, scénariste de la bande dessinée avec le dessinateur Pierre Druilhe, éditions L’échappée, 2017.

Direction
- Objectif décroissance, avec Michel Bernard et Bruno Clémentin, éditions Parangon, 2003.
- Casseurs de pub, un pavé dans la gueule de la pub, éditions Parangon, 2004.
- Casseurs de pub, 10 ans, éditions Parangon, 2006.

Participation
- Pour changer le monde, Manière de voir du Monde diplomatique, octobre 2005, « Cap sur la décroissance ».
- Pour repolitiser l’écologie (recueil des interventions du Contre-Grenelle 1), éditions Parangon/Vs, 2007, « Réinvestir le politique ».
- Non au capitalisme vert (recueil des interventions du Contre-Grenelle 2), éditions Parangon/Vs, 2009, « La décroissance contre le capitalisme vert »,
- Contre-Grenelle 3, décroissance ou barbarie, éditions Golias, 2011.
- Le Progrès m’a tuer, éditions L’échappée, 2016, avec Bruno Clémentin, « Contre la COP 21, 22, 23.... »
- Aux origines de la décroissance, éditions L’échappée, 2017, biographies de Nicholas Georgescu-Roegen et Dwight Macdonald

Entretiens
- « L’écologie, comme le libéralisme, touche nécessairement tous les domaines » site de l'hebdomadaire Marianne, 21 août 2019.
- « Pour le libéral, la société est constituée d’un simple agrégat d’individus » sur le site Le Comptoir, 3 décembre 2014.
- « Promouvoir la décroissance, c’est intégrer les limites »La Vie, 15 avril 2014.

- Débat « Grand écran » sur la chaîne Public Sénat le 13 avril 2014.
- Interview au salon Primevère fin février 2019 par FoutouArt


Bruno Clémentin, Vincent Cheynet et Pierre Druilhe dans Revue de presse, Petite histoire de la presse satirique et non-conformiste française, de Toma Bletner & Romain Dutreix, publié chez Fluide Glacial